PRESENTATION

hassan rachid nador compressée

L’ONG ” Frontières sans Kif ” a pour objectif de mener des actions de prévention et d’information en direction des peuples algérien et marocain.

Elle a vocation aussi de sensibiliser la communauté internationale afin de pousser les gouvernements algérien et marocain à mettre en place des politiques publiques réellement efficaces de lutte contre le trafic de drogues à la frontière algéro-marocaine, trafic qui ne cesse, au fil du temps, de prendre de plus en plus d’importance.

Pourquoi des frontières fermées ?

Cette frontière longue de 1600 kilomètres est fermée depuis vingt ans après que le Maroc ait décidé en août 1994, d’instaurer un visa pour les Algériens suite à un attentat dans un hôtel à Marrakech.

Depuis cette date, la tension entre l’Algérie et le Maroc est devenue permanente. Et nous assistons impuissants d’année en année à une dégradation de leurs rapports sans pouvoir rien faire, confirmée par une série d’évènements récents.

Des faits-divers aux allures d’incidents diplomatiques.

L’agression récente d’un Marocain par des garde-frontières algériens,

Le drapeau du Consulat algérien à Casablanca, arraché par un manifestant marocain.

La construction de part et d’autre de la frontière de clôtures.

Du côté algérien, pour se protéger d’après les autorités algériennes de “ l’immigration illégale, de la contrebande et du trafic de drogues « cannabis » ”.

Du coté marocain, pour se protéger, d’après les autorités marocaines “ des menaces terroristes et du trafic de drogues  » Karkoubi ».

Des quantités de drogues de plus en plus importantes.

L’Algérie accuse le Maroc de déverser des milliers de tonnes de cannabis, drug bombing (bombardement de drogue), sur son territoire qui représente un danger pour la jeunesse algérienne et l’évolution de la criminalité, en 2014 pour les six premiers mois,  96 tonnes de résine de cannabis ont été saisies par les autorités algériennes soit une augmentation de 36% par rapport à l’année 2013.

Le Maroc accuse l’Algérien, d’être le principal pourvoyeur des psychotropes, en 2014, 143.000 comprimés psychotropes ont été saisi contre 450.000 comprimés en 2013 et d’être aussi un territoire sur lequel se développe  la culture de l’opium. Le Maroc estime que ces substances sont beaucoup plus dangereuses pour la santé que le cannabis.

 Au-delà des frontières : des jeunesses qui s’ignorent.

Plus personne ne se parle, il n’y a visiblement plus de discussions constructives entre officiels algériens et marocains à l’image de ce qui existe dans le monde entre deux pays voisins en paix.

Les jeunesses algérienne et marocaine ne se connaissent pas et ne se fréquentent pas, un comble pour des pays qui ont une forte histoire commune.

Des haines commencent à s’accumuler, il suffit pour cela d’observer la violence des échanges sur les réseaux sociaux pour se faire une idée de la situation.

Cette situation est anormale, elle est d’autant plus inacceptable que l’Algérie et le Maroc sont des pays musulmans et frères. Que depuis plusieurs années, des voix algériennes et marocaines réclament la réouverture des frontières, en vain.

Mais plus personne ne sait quoi faire de pertinent et de sérieux pour mettre fin à cette situation qui est un énorme gâchis humanitaire et économique.

Frontières : un enjeu économique 

En effet, le coût de cette fermeture des frontières qui contribue fortement à l’absence d’une réelle union économique maghrébine est estimé à 7.5 milliards d’euros selon plusieurs rapports, du FMI, de l’Union européenne et de Banque mondiale. Cette perte correspond à 2 et 3 points de croissance et à des dizaines de milliers d’emplois.

Autre indicatif négatif, un taux d’échanges entre ces 2 pays d’à peine 3,3%, soit le taux plus bas au monde.

Par ailleurs, nous avons en toile de fond une course à l’armement liée à la dégradation des relations due pour une petite partie au trafic de drogue et à la contrebande mais pour une grande partie au dossier du Sahara Occidental.

Lutter contre le trafic de drogues pour préparer la réouverture des frontières.

L’ONG “Frontières sans Kif” estime qu’il est temps d’arrêter cette escalade dangereuse et d’inverser cette tendance suicidaire qui contribue à créer de l’animosité entre les deux peuples.

Seule la problématique liée à la lutte contre la contrebande et le trafic de drogues, des deux côtés de la frontière, est un objectif réaliste et atteignable pour améliorer les relations entre l’Algérie et le Maroc.


Commentaire

PRESENTATION — 4 commentaires

  1. Les puissances occidentales et particulièrement la France ne devraient pas se taire à ce sujet et faire comme si de rien n’était, il y va de la stabilité de la région. Tolérer ce genre de phénomène est l’équivalent à la propagation du virus ébola ou du mouvement Daesh.
    Il ne faut pas croire que ces pays (l’occident) sont à l’abri du cannabis du Maroc;s’il prend pied en Algérie il n’est pas exclus que des pays de la rive nord de la méditerranée se voient à leur tour envahis par le cannabis du Maroc.

  2. Tous les problèmes qui existent entre ces deux pays sont liés à l’affaire du Sahara Occidental moi j’ai une question que je me pose depuis 1975; qu’est ce qui empêche les deux pays de se partager cet espace en proposant un référendum aux habitants du Sahara Occidental. En leur laissant le choix de choisir une nationalité Marocaine ou Algérienne; ce n’est pas plus simple?

  3. Cette situation est anormale, elle est d’autant plus inacceptable que l’Algérie et le Maroc sont des pays musulmans et frères. Que depuis plusieurs années, des voix algériennes et marocaines réclament la réouverture des frontières, en vain.

    Mais plus personne ne sait quoi faire de pertinent et de sérieux pour mettre fin à cette situation qui est un énorme gâchis humanitaire et économique……….

    Le plus pertinent et le plus sérieux pour mettre fin à cette situation qui est un énorme gâchis humanitaire et économique c’est que le royaume du maroc dot se plié aux recommandations de l’ONU sur le Sahara Occidental et entamer le processus d’autodétermination du peuple Sahraoui par le biais d’une consultation par référendum….Et tout s’arrangera avec le peuple algérien qui partagera toute les richesses avec ses frères du peuple marocain et sahraoui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *